LES QUARTIERS DE TREBOUL, deuxième partie

Dans la première partie de son étude sur les noms de quartiers de Tréboul Jean-Alain LE GOFF s’était arrêté aux abords des deux anciens bourgs de Tréboul-coz et Ster-Bihan. Cette fois il nous propose une déambulation dans ce qui était, il n’y a pas encore très longtemps, la campagne trébouliste. Cette campagne s’est profondément métamorphosée au XXème siècle, les anciennes fermes de Listrouarn, Lichouarn, Kerneyan, du Véret et du Reuniat, ont été enserrées par la ville jusqu’à disparaitre. Des deux moulins à vent qui autrefois animaient le ciel de Tréboul il n’en reste qu’un, aujourd’hui amputé de ses ailes mais élégamment coiffé, l’autre au nom énigmatique de « Meil an tourmant » a complètement disparu, comme envolé…

Les noms de lieux mentionnés dans les archives nous renvoient parfois aux noms d’anciens habitants, les Coten, Coadic, Quéméner, Nouy, Crocq ou Marec, ou à de plus hypothétiques Milio, Ihouarn ou Neitan. D’autres font référence aux végétaux qui les occupaient ou à leurs localisations dans le paysage.

Le « parc en menhir » (le champ du menhir) mentionné dans un document de 1560 prouve bien, contrairement à une idée reçue, que le mot menhir (pierre longue en français) n’est pas une création artificielle du XIXème siècle mais que nos anciens l’employaient déjà pour nommer ce type de pierre dressée. Si ce champ a aujourd’hui disparu, le mégalithe, quant à lui, est toujours solidement planté au bord d’un sentier.

Certains toponymes de Tréboul ont déjà fait l’objet par le passé de différentes interprétations, cette étude nous propose de les revisiter et parfois de soumettre de nouvelles hypothèses grâce à l’éclairage d’archives non encore exploitées jusqu’ici.

TELECHARGER LE DOCUMENT – LES QUARTIERS DE TREBOUL – Deuxième partie

La 3ème partie de l’étude des quartiers de Tréboul concernera en particulier les environs des villages de Kerguesten, Toubalan, Kermabon, Keriguy et Trézulien.